Le label RGE : Et si vous vous lanciez ? 

En 2011, l’État et l’ADEME ont créé le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) qui est une qualification destinée aux artisans et aux entreprises du bâtiment spécialisées dans les travaux d’efficacité énergétique et utilisant des énergies renouvelables.  

Cette mention est reconnue comme un gage de qualité qui sert à valoriser le savoir-faire et les compétences : cela indique aux clients et partenaires potentiels que l’entreprise répond à certains critères de qualité établi, ce qui apporte un gage de confiance à vos clients. Alors comment saisir l’opportunité de labelliser votre entreprise du bâtiment ?

Comment bénéficier du label RGE ?

Pour obtenir le label RGE, les prestataires de rénovation énergétique (entreprises et artisans) doivent témoigner d’une expertise dans la rénovation énergétique et de professionnalisme dans l’exécution de leurs travaux. L’acquisition du label RGE repose sur un examen de la conformité de l’entreprise à un référentiel d’exigences de moyens et de compétences. Cet examen et la délivrance consécutive du signe de qualité sont assurés par des organismes de qualification ou de certification ayant passé une convention avec l’Etat et accrédités par le Comité Français d’accréditation (COFRAC). Les clients sont donc rassurés sur la qualité des prestations proposées sur leur chantier. 

Quels sont les bénéfices du label RGE pour vos clients ? 

Les entreprises ayant obtenu le label RGE peuvent faire bénéficier leurs clients des aides à la rénovation énergétique.  Le label RGE permet d’assurer l’éco-conditionnalité des aides à la rénovation énergétique. En effet, le label RGE est délivré uniquement pour les travaux de rénovation énergétique les plus efficaces. Il assure ainsi que les aides financières soient orientées vers des travaux qui permettent réellement d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. C’est ainsi une condition à remplir pour bénéficier des aides financières telles que MaPrimeRenov’, l’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ), les certificats d’économie d’énergie (CEE) ou encore le crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des TPE-PME (mis en place dans le cadre du plan France Relance) : de quoi inciter les clients à se tourner vers les entreprises labellisées !  

L’Etat a ainsi créée un site internet (france-renov.gouv.fr) qui recense tous les artisans qualifiés reconnu Garant de l’Environnement : cela donne donc une visibilité supplémentaire à l’entreprise via un site officiel, ce qui va encore renforcer le côté rassurant et sérieux pour vos clients. 

Quels sont les travaux de rénovation énergétique concernés par le label RGE ? 

Les travaux de rénovation énergétique qui permettent d’accéder aux aides financières sous condition de faire appel à un professionnel RGE sont ceux portant sur la pose ou l’installation de : 

  • chaudières à haute ou très haute performance énergétique ou à micro-cogénération gaz, dont régulateurs de température ; 
  • équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire et dotés de capteurs solaires ; 
  • appareils hydrauliques de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses ; 
  • appareils indépendants de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses ; 
  • pompes à chaleur pour la production de chauffage ; 
  • pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire ; 
  • émetteurs électriques, dont régulateurs de température ; 
  • équipements de ventilation mécanique ; 
  • matériaux d’isolation thermique des parois vitrées verticales, de volets isolants et de portes d’entrée donnant sur l’extérieur ; 
  • matériaux d’isolation thermique des parois vitrées en toiture ; 
  • matériaux d’isolation thermique, par l’intérieur, des murs, des rampants de toiture et des plafonds de combles ; 
  • matériaux d’isolation thermique des murs par l’extérieur ; 
  • matériaux d’isolation thermique des toitures terrasses et des toitures par l’extérieur ; 
  • matériaux d’isolation thermique des planchers de combles perdus ; 
  • matériaux d’isolation thermique des planchers sur local non chauffé ; 
  • échangeur de chaleur souterrain des pompes à chaleur géothermiques, à l’exception des capteurs horizontaux ; 
  • équipements et matériaux au titre de la réalisation d’un bouquet de travaux permettant de limiter la consommation d’énergie du logement ; 
  • installations implantées sur bâtiment utilisant l’énergie solaire photovoltaïque. 

Quels sont les différents label RGE et comment sont ils classés ? 

Concrètement il n’y a pas un label RGE mais une multitude de labels RGE spécialisés selon l’activité de l’entreprise : par exemple, nous pouvons citer : 

RGE Certibat : pour les travaux relatifs à la rénovation énergétique globale ; 

RGE Qualibat : pour les travaux propres aux performances énergétiques (par exemple le chauffage) et aux énergies renouvelables ; 

RGE Qualifelec : pour les travaux propres à l’efficacité énergétique et/ou à l’installation d’équipements d’énergie renouvelable. 

Comment obtenir le label RGE et quelle est sa durée ? 

Une fois la spécialisation RGE souhaitée choisie parmi la liste de labels possibles, il faudra désigner une personne au sein de l’entreprise qui sera le référent technique sur le sujet. Dans les TPE, c’est souvent le chef d’entreprise qui sera nommé pour sa stabilité au sein de l’entreprise. Cette personne devra alors suivre une ou plusieurs formations. 

Pour obtenir le label, il faudra également remplir un dossier (qui est différent selon les qualifications choisies) auprès d’un organisme de qualification (Qualibat, Qualit’EnR et Qualifelec) ou de certification (Certibat et Cerqual). 

Vous aurez à attester plusieurs critères : légaux, financiers, administratifs, juridiques et techniques. Ainsi il faudra fournir un résumé des chantiers réalisés par l’entreprise, ses assurances, les compétences des équipes, …) 

Le label est ensuite attribué pour 4 ans : durant cette période (sur les deux premières années), un contrôle sera effectué sur chantier : il détermine si les travaux sont bien conformes et si les règles du label sont toutes respectées. En cas de non-respect, le label peut être perdu via une suspension ou une interdiction complète de label. 

Nos clients vous en parlent, découvrez le témoignage de l’entreprise AB Service

Partagez cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles Similaires

BTP chantier congés intempéries

Congés intempéries dans le BTP : comment ça marche ?

Ces dernières années les risques d’intempéries se font intensifiés et les entreprises du BTP peuvent être fortement impactées par ces éléments indépendants de leur gestion d’entreprise. C’est pourquoi il existe des congés intempéries BTP spécifiques. 

Nous contacter

Nous vous contactons rapidement pour échanger sur vos projets
  • Décrivez l'objet de votre demande
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée ainsi qu’au règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable à partir du 25 mai 2018, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer par courrier en joignant un justificatif d’identité