« Se concentrer sur son cœur de métier en externalisant une partie de la gestion de ses salariés »

Interview de Marion Favier, Responsable Service Paie, Cerfrance Isère

Diriger une TPE implique d’être engagé sur tous les fronts : développement d’activité, réponse aux demandes des clients, gestion des fournisseurs, suivi budgétaire et comptable, gestion des salariés… de nombreux patrons de petites structures en Isère (38) optent pour l’externalisation de la gestion de leur(s) salarié(s), partiellement ou en totalité.

Pourquoi de nombreux entrepreneurs en Isère font-ils ce choix ? Voici l’avis de Marion Favier, Responsable Service Paie au sein de Cerfrance Isère interviewée pour faire le point sur cette question.  

1) En quoi consiste l’externalisation de la gestion des salariés pour une TPE ?

Marion Favier : De nombreux chefs d’entreprise externalisent la gestion de la paie. D’abord, c’est une activité mensuelle très chronophage.

Ensuite, le droit social qui s’y rattache est très mouvant et évolue régulièrement. Mieux vaut confier son suivi à un expert qui saura intégrer les fréquentes modifications de la législation directement sur le bulletin de paie.

Enfin, le coût d’un logiciel de paie est généralement très important, sans compter le montant annuel à prévoir si l’on souhaite dédier, à temps plein, une personne à ce type de tâche… Il est donc généralement plus intéressant pour une TPE de confier la gestion mensuelle de la paie des salariés à un spécialiste en externe.

2) Pour quel type d’activités RH l’externalisation est-elle possible ?

Marion Favier : En termes de conseil, nous intervenons régulièrement sur tous les aspects « RH » au sens large qu’un patron de TPE en Isère (38) peut rencontrer : recrutement, rédaction du contrat de travail, gestion du pouvoir disciplinaire lors d’une procédure vis-à-vis d’un salarié par exemple, entretiens annuels, rupture du contrat de travail…

Pour chaque dirigeant que nous accompagnons, l’idée est vraiment de se concentrer sur son cœur de métier en externalisant une partie de la gestion de ses salariés. Cela peut se faire sous la forme d’une délégation complète où ce sont nos équipes en local qui réalisent les tâches confiées et / ou sous la forme de RDVs spécifiques de Conseil.

3) Quels sont les principaux avantages de l’externalisation de la gestion de son (ses) salarié(s) ?

Marion Favier : Confier la gestion de son (ses) salarié(s) à un prestataire dont c’est le métier a tout d’abord l’énorme avantage de faire gagner un temps précieux au dirigeant de TPE. La plupart de nos adhérents n’ont pas 4h par mois à dédier à la gestion de la paie de leur équipe… 

De plus, externaliser la gestion du ou des salariés est souvent source d’économies importantes pour une petite structure. Investir dans un logiciel de paie et y dédier les ressources en interne serait nettement plus coûteux.

Enfin, cela permet d’avoir accès à des experts en droit social. Grâce à cela, le chef d’entreprise est assuré que sa gestion RH est conforme à la législation. Et il a accès à un avis d’expert, une « évaluation du risque » sur certains sujets sensibles (gestion du temps de travail, conflit avec un salarié, modalités de gratification par exemple à travers une prime, rupture de contrat de travail, etc.).

4) Pour un patron de TPE qui envisage d’externaliser certains sujets liés à la gestion de son (ses) salarié(s), y a-t-il des points de vigilance à prendre en compte ?

Marion Favier : D’abord, il me semble important de bien se renseigner sur les différents prestataires disponibles et d’être vigilant sur le fait d’en trouver un dont on partage les valeurs.

Le type de sujets abordés et d’informations échangées implique de trouver un environnement de confiance. C’est notamment pour cette raison que nous proposons systématiquement aux personnes intéressées par nos services en Isère (38) un premier RDV personnalisé gratuit afin de faire connaissance et de présenter les valeurs de notre réseau.

5) Quel conseil donneriez-vous à un dirigeant de TPE qui souhaite franchir le pas et externaliser la gestion de son (ou ses) salarié(s) ?

Marion Favier : Je dirais qu’il ne faut pas hésiter à « essayer ». Tester un prestataire est une bonne façon de voir, en pratique, quel gain de temps et d’argent le service permet de réaliser. Il peut arriver que le prestataire en question ne convienne pas et cela ne signifie pas pour autant qu’il n’en existe pas un autre, davantage adapté à sa situation. Ici encore, rien ne remplace l’expérience.

Interview réalisée le 11 mars 2020.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Articles Similaires

Diagnostic Carbone

Jeune Agriculteur, comment lancer sa démarche Label bas carbone ?

Le diagnostic Carbone, dispositif lié au Plan de Relance et géré par l’Ademe, est la porte d’entrée dans le Label Bas Carbone.

Il est financé à 90 % pour les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans (entre la date d’affiliation MSA et la signature pour réalisation d’un bon diagnostic carbone).
Reste à charge 200 à 250 € pour le JA.

Nous contacter

Nous vous contactons rapidement pour échanger sur vos projets
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée ainsi qu’au règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable à partir du 25 mai 2018, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer par courrier en joignant un justificatif d’identité