Dirigeant TPE – Comment rédiger le contrat de travail de votre nouveau collaborateur ?

Rédiger un contrat de travail en France répond à des règles très précises. Vous êtes dirigeant de TPE en Isère (38) et en train de recruter ?

Voici quelques notions fondamentales à connaître pour rédiger le contrat de travail de votre nouveau salarié.

Le droit du travail français et le code qui le régit étant particulièrement étoffés, la rédaction du contrat de travail est une tâche qui ne s’improvise pas.

Le plus simple est de faire appel à un expert en conseil social. Très souvent cette tâche est ainsi déléguée à un cabinet d’expertise comptable.

Si vous souhaitez toutefois défricher le sujet et préparer vous-même le document (qu’il est vivement recommandé de faire relire par un expert !), voici un petit guide pratique.

Étape 1 : valider le type de contrat de travail

Au préalable, vous devez avoir réalisé le recrutement et donc vous être décidé sur le type de contrat que vous proposez : CDI, CDD, temps complet ou partiel.

Pour proposer un CDD, vous devez justifier du motif de recours et le détailler précisément dans le contrat. Voici les diverses possibilités légales :

  • Remplacement d’un salarié absent (maladie, congé maternité, congé parental, accident du travail, etc.).
  • Remplacement d’un salarié passé provisoirement à temps partiel (par exemple pour un congé parental d’éducation, ou une création / reprise d’entreprise…).
  • Attente de la prise de fonction d’un nouveau salarié (dans le cas où le salarié est identifié mais aurait, par exemple, un préavis à effectuer et ne pourrait prendre ses fonctions immédiatement).
  • Attente de la suppression définitive d’un poste (pour un salarié ayant quitté définitivement l’entreprise avant la suppression effective du poste).
  • Accroissement temporaire d’activité de votre entreprise.
  • Emploi saisonnier (tâches étant appelées à se répéter chaque année selon une périodicité à peu près fixe, en fonction du rythme des saisons ou des modes de vie collectifs). Ce motif est très utilisé en Isère, par exemple autour de Grenoble (38000), comme à Poliénas (38210) pour la récolte des noix.
  • Recrutement d’ingénieurs et de cadres sur une mission spécifique.
  • Contrats à durée déterminée « d’usage » dits « extras » dans une liste de secteurs autorisés par la loi.  
  • Cas particuliers ponctuels : le recours au CDD peut également être autorisé dans certains cas ponctuels comme par exemple la réalisation de travaux de sécurité urgents.

Établir un contrat de travail écrit est obligatoire. Seule exception : un contrat oral peut être accepté pour les CDI à temps plein (en l’absence d’écrit, le premier bulletin de salaire et la déclaration préalable à l’embauche (DPAE) attestent, dans ce cas, de l’embauche).

Dans tous les cas, il est fortement recommandé de formaliser tout recrutement par écrit.

Étape 2 : réunir toutes les informations nécessaires à la rédaction du contrat de travail

Avant la rédaction, réunissez les informations suivantes qui devront obligatoirement être précisées sur le contrat de travail :

  • Identité des parties (SIREN et code NAF pour l’entreprise et nom, prénom, n° de sécurité sociale, date et lieu de naissance pour le salarié).
  • coordonnées de votre entreprise et de la personne recrutée  : nom et adresse
  • date de début du contrat.
  • date de fin si CDD.
  • poste proposé et nature de ce dernier.
  • lieu de travail.
  • répartition des heures de travail pour les contrats à temps partiel.
  • rémunération (si applicable, prévoyez de préciser le détail fixe, variable, primes, ainsi que le mode de calcul).
  • temps de travail : durée hebdomadaire du travail, durée minimale de travail et heures supplémentaires éventuelles.
  • coordonnées de l’organisme de sécurité sociale auprès duquel vous cotisez en tant qu’employeur.
  • coordonnées de la caisse de retraite complémentaire.

Étape 3 : rédiger en intégrant toutes les mentions obligatoires

Selon le type de contrat, les mentions à préciser ne sont pas les mêmes.

Clauses obligatoires dans le cadre d’un CDI

  • Qualifications professionnelles du salarié.
  • Fonctions occupées.
  • Durée et conditions de renouvellement de la période d’essai éventuelle.
  • Délai de préavis pour mettre fin au contrat.

Clauses obligatoires dans le cadre d’un CDD

  • Motif du recours au CDD et définition précise de celui-ci.
  • En cas de remplacement d’un salarié, vous devez préciser le nom et la qualification de la personne remplacée.
  • Date de fin de contrat pour le CDD à terme précis (ou durée minimale du contrat pour le CDD sans terme précis).
  • Durée de la période d’essai éventuelle.
  • Convention collective applicable.
  • Conditions de renouvellement du CDD si une telle disposition est déjà prévue.

Étape 4 : intégrer les autres mentions éventuellement souhaitées

Vous pouvez également prévoir d’ajouter différentes clauses complémentaires, non obligatoires dans le contrat de travail :

  • Convention collective : si cette mention est obligatoire pour un CDD lorsque votre entreprise relève d’une convention collective, vous pouvez aussi préciser celle-ci pour un CDI.
  • Classification professionnelle : prévue dans la convention collective, elle permet de définir le statut du salarié dans l’entreprise et donc de justifier sa rémunération en fonction du poste occupé, des diplômes obtenus et de son expérience.
  • Période d’essai : non obligatoire mais recommandée (attention si elle n’est pas précisée dans le contrat de travail, l’embauche est considérée comme immédiatement définitive). En tant qu’employeur, celle-ci vous permet de mettre fin au contrat au cours de la période en question, sans justification et sans indemnités, si la personne recrutée ne convient finalement pas pour le poste. 
  • Entretien professionnel
  • Protection des données
  • Clauses spéciales : en fonction des spécificités du poste, vous pouvez ajouter différentes modalités. Attention les modalités de ces clauses sont strictement encadrées par la loi. Par exemple :
    • clause de mobilité
    • clause de confidentialité
    • astreinte
    • délégation de pouvoir
    • clause de non-concurrence
    • clause d’exclusivité
    • clause de formation professionnelle

N’hésitez pas à vous faire conseiller par un expert en droit social près de chez vous en Isère pour prévoir l’ensemble des éléments nécessaires au contrat de travail de votre salarié.

Étape 5 : relire, vérifier et faire relire le contrat de travail rédigé

Avant même de passer à la relecture du contrat, faites attention à éviter absolument certaines pratiques, qui sont interdites par le Code du travail français. Il existe de nombreuses clauses illicites. Ainsi, à titre d’exemple, vous ne pouvez pas intégrer de clause discriminatoire (sanctionner ou licencier un salarié en raison de ses mœurs, de ses opinions politiques ou religieuses et de sa situation de famille) ou insérer une clause de célibat.

Parmi les pratiques non autorisées, vous ne pouvez pas non plus prévoir une rémunération inférieure au SMIC, ou des sanctions pécuniaires (par exemple en cas de non réalisation des objectifs de vente…). Plus globalement, toute clause ne respectant pas la convention collective applicable est interdite.

Enfin,il n’est pas non plus légal d’intégrer une clause de modification unilatérale du contrat de travail (toute modification du contrat de travail se fait obligatoirement via un accord entre l’employeur et le salarié).

Rédiger un contrat de travail répond donc à des règles précises. Il est vivement conseillé de faire relire le contrat par un expert.

En effet, improviser la rédaction de ce document contractuel équivaut à prendre beaucoup de risques pour un non-initié. Par exemple, si une seule erreur vient à se glisser dans un contrat en temps partiel, ce dernier peut être requalifié en temps plein.

N’hésitez donc pas à nous contacter pour obtenir des conseils personnalisés.

L’équipe Cerfrance Isère

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Articles Similaires

Diagnostic Carbone

Jeune Agriculteur, comment lancer sa démarche Label bas carbone ?

Le diagnostic Carbone, dispositif lié au Plan de Relance et géré par l’Ademe, est la porte d’entrée dans le Label Bas Carbone.

Il est financé à 90 % pour les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans (entre la date d’affiliation MSA et la signature pour réalisation d’un bon diagnostic carbone).
Reste à charge 200 à 250 € pour le JA.

Nous contacter

Nous vous contactons rapidement pour échanger sur vos projets
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée ainsi qu’au règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable à partir du 25 mai 2018, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer par courrier en joignant un justificatif d’identité